Historique
Notre école | Historique

L’ÉÉC Sainte-Marguerite-Bourgeoys est située dans la communauté de Brantford dans le comté de Brant.  L’école vit ses débuts en 1974 et elle emménagea dans ses locaux actuels en 1977. En 2012, un projet de construction / rénovation a eu lieu avec ajout de 8 nouveaux locaux et une nouvelle garderie.   L’ÉÉC Sainte-Marguerite-Bourgeoys accueille présentement 175 élèves.

L’ÉÉC Ste-Marguerite-Bourgeoys de Brantford regroupe une population étudiante assez homogène d’origine française et anglaise.  La plupart des familles sont originaires de l’Ontario et du Québec.  Un bon nombre de nos élèves ne parlent pas le français à la maison ou dans la communauté.  Les aspects académiques, artistiques et sportifs sont très importants pour les parents.  Les parents sont impliqués et intéressés dans l’éducation de leurs enfants.  Notre communauté scolaire accueille sur ses installations la garderie Le Ballon Rouge. Le visage de notre communauté évolue constamment et regroupe maintenant quelques générations de francophones de souche.

 

Sainte Marguerite-Bourgeoys

Notre sainte patronne Marguerite-Bourgeoys est née le 17 avril 1620 à Troyes, en France. Dès l’âge de 8 ans, déjà très savante, elle commence à enseigner aux enfants du voisinage  ce qu’elle connaît et comprend bien. C’est à 20 ans que Marguerite a un « coup de foudre pour Dieu », un immense désir de le servir et de l’aimer. Elle entre donc au couvent  de la Congrégation de Notre-Dame.

Pendant qu’elle se demandait où elle devait être pour mieux servir Dieu, Marguerite reçoit la confirmation de sa vocation; la Vierge lui apparait et lui dit : « Va, je ne t’abandonnerai  point ! ». À l’automne 1653, elle partit donc pour Ville-Marie  (Montréal) que Monsieur de Maisonneuve avait fondé en 1642.

 

 

 

 

Mère Marguerite est appelée à instruire les enfants indiens et français. Elle travaille aussi auprès des familles des colons.

Déjà de son vivant, les gens l’appelaient « La Mère de la Colonie ». En 1693, à 73 ans, Marguerite fut déchargée de ses responsabilités de Supérieure  de la  Congrégation de Notre-Dame qui, avec ses 30 membres, maintenait ouvertes plusieurs écoles aux environs de Montréal.

Soudain, jaillit une lumière nouvelle dans sa démarche spirituelle qui la délivra de ses préoccupations, la laissant disponible pour vivre la sérénité et la paix qui dès lors inondait son âme. Marguerite sentit cette grâce « aussi subitement  qu’une clarté renfermée à qui l’on ouvre une fenêtre ». Elle était remplie de gratitude à la pensée que plus rien désormais ne devait l’inquiéter. Elle  continuerait de servir le Seigneur par d’autres voies que la communauté.

Marguerite mourut le 12 janvier 1700, à l’âge de 80 ans, après 47 ans de vie apostolique à Montréal. En 1982, le Pape Jean-Paul II la canonisa en raison de sa vie entièrement consacrée au service de Dieu et des autres.

 

© 2019 École élémentaire catholique Sainte-Marguerite-Bourgeoys.

Connexion